Révolutionnaire en médecine acadienne

Dr. Aurel Schofield

Retour à la série

le samedi 10 juin 2017 à 12 h 30

Synopsis de l'épisode

Les patients qui reçoivent des services de santé dans leur langue maternelle ont de meilleurs résultats. C’est parfois une question de vie ou de mort. Un médecin acadien qui a pris cela au sérieux a complètement transformé le système d’éducation en médecine.

Comme l’exprime la présidente de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, Jeanne D’Arc Gaudet : « Avec son engagement et ses actions, le docteur Aurel Schofield contribue à faire avancer nos droits linguistiques dans le domaine de la santé, en permettant à de jeunes médecins d’avoir accès aux études médicales en français, ici même en Acadie. »

Biographie

Dr. Aurel Schofield

Dr. Aurel Schofield

Le docteur Schofield rayonne d’humour et de compassion. C’est un héros dans sa communauté. Avec le rire, il raconte une anecdote de son enfance, le jour où il s’est fait enlever les amygdales. Lors de l’opération, le petit francophone a crié à ses docteurs anglophones : « Stop ! You’re éttoufing me ! »

Ce qu’il voit clairement, et avec un certain émoi, c’est que le service médical dans la langue maternelle est primordial au succès du rétablissement d’un patient. Lors d’un trouble médical, le patient est vulnérable. Si le docteur ne comprend pas bien le besoin du patient -psychique autant que physique -le patient en souffrira.

Le docteur Schofield a lui-même été formé au Québec, comme tous les jeunes Acadiens avant lui. Il a été tenté d’y rester, lui aussi, après des offres de postes d’enseignement. Mais les défis au Nouveau-Brunswick l’interpellaient : il pensait qu’il pourrait être utile dans le problème du manque de médecins francophones et voulait collaborer à trouver une situation.